Agenda

mai 2020
LMMJVSD
     1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
« Avr   Juin »
  • Pas d'événement aujourd'hui
Paroisse > Nos églises > St Avit


L’église de St Avit

au début de sa restauration

 

 

St Avit, évêque de Clermont de 572 à 597. Gravure du XIX° siècle – CC BY-SA 4.0

L’église paroissiale de la commune est dédiée à Saint Avit, 18ème évêque de Clermont (de 572 à 594, VI° siècle – à ne pas confondre avec son homonyme St Avit, évêque de Vienne de 494 à 518).

La description de cette église fait ressortir plusieurs éléments remarquables, à commencer par le portail méridional (photo ci-dessus), assez récent puisqu’il date du début du XVIII° siècle, avec une archivolte en arc brisé à trois rouleaux, reposant sur des chapiteaux frises et des piédroits à colonnettes disparues. Sur la façade ouest, des blocs saillants (assimilables à des boutisses) témoignent de l’existence d’un ancien clocher-tour antérieur au clocher peigne actuel, lequel date de l’extrême fin du XVIII° siècle.

L’église a été considérablement agrandie, au nord en 1845, au sud en 1872.

Sur le pignon ouest, un bloc dissemblable s’affiche au regard des amateurs de patrimoine : un trachyte, roche volcanique issue de la chaîne des Puys, utilisée pour les sarcophages à l’époque mérovingienne, entre 400 et 700 de notre ère : l’église romane a sans doute été érigée sur une nécropole très ancienne.

Le décor intérieur a permis le classement de l’église à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques il y a vingt ans : les quatre chapiteaux sculptés et polychromes, dont trois historiés et réalisés dans la mouvance de ceux de Mozac, datent du second tiers du XII° siècle. Leur conservation en l’état, sans avoir subi d’autres contraintes que le temps qui est passé, est un extraordinaire témoignage de l’art des bâtisseurs du Moyen-Âge.

Les quatre vitraux ont été créés en 1878 par le maître verrier local, Henri Hippolyte de Lagaye (implanté à Condat en Combraille). On remarque aussi les vestiges d’une peinture murale.

Depuis plusieurs années, la municipalité a pris conscience de la nécessité de la restauration de l’édifice. Christian LAPORTE, architecte du patrimoine, a travaillé sur le dossier pour proposer un chantier qui va se décliner en plusieurs tranches, en raison des coûts qu’il génère. Après beaucoup de temps passé dans la préparation des dossiers administratifs, la recherche de financements, le choix des entreprises, la première tranche de travaux a débuté au printemps 2019. Cette partie prioritaire pour la conservation du bâtiment se décompose en trois branches :

1 – L’abri du sonneur (photo ci-contre) est reconstruit à l’identique de ce qu’il était à l’origine, c’est-à-dire avec un bardage en châtaignier en remplacement de celui en ardoise. L’abri du sonneur, positionné sur le toit de l’église, est un appentis où se plaçait le sonneur, qui actionnait les cloches depuis cet endroit avant leur électrification : le clocher peigne ne permet pas de tendre des cordes pour sonner depuis le sol comme dans les églises au clocher classique.

2 – Les joints du pignon en ciment n’assurent pas la respiration du mur, retenant l’humidité qui fragilise la construction et provoque l’apparition de salpêtre. Des joints à la chaux feront disparaître le problème.

3 – Autour de l’église, côté rue, l’écoulement des eaux se traduit là aussi par l’humidification des murs, d’où la nécessité de créer un drainage qui va assécher les fondations pour renforcer leur stabilisation.

Le coût de cette première tranche de travaux s’élève à près de 130 000 € hors taxes. Le financement est assuré grâce aux subventions accordées par l’Etat (Direction régionale des affaires culturelles) à hauteur de 25 %, la région Auvergne-Rhône-Alpes pour 30 %, le département du Puy-de-Dôme pour 24 % et la commune. Le Crédit Agricole apporte aussi son soutien avec une aide de 5 000 €. Un complément sera apporté avec les dons de la souscription auprès de la Fondation du patrimoine (actuellement la somme recueillie approche les 7 000 €) auprès de laquelle chacun peut abonder.

⇒ Les dons bénéficient d’une réduction d’impôt à hauteur de 66 % dans la limite de 20 % du revenu imposable : demander le bon de souscription à la mairie de Saint-Avit (tél : 04.73.79.01.35) ou se connecter sur le site de la Fondation du patrimoine : www.fondation-patrimoine.org\44075. Ce site Internet donne également des détails sur l’église et sa décoration, en particulier ses quatre célèbres chapiteaux polychromes.