Agenda

octobre 2020
LMMJVSD
    1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
« Sep   Nov »
  • Pas d'événement aujourd'hui
Paroisse > Nos églises > Coheix

COHEIX

 

Église St Jean Baptiste

 

Cliquez sur les images pour les agrandir

Coheix est un village de la commune de Mazaye, qui a le privilège de disposer d’une église, dédicacée à St Jean Baptiste.

Ce village bénéficie de la notoriété de la commune pour son andésite et son émail sur lave (voir plus de détails dans notre page sur Mazaye), mais en plus il bénéficie d’une autre richesse : l’or rouge. Celui-ci se cultive sous le nom de safran, petite fleur précieuse, dont les étamines sont très recherchées par les grands cuisiniers… Au cœur de chaque fleur, trois étamines délicates… qui valent de l’or. Il est possible de visiter la safranière, avec vue sur le Puy de Dôme. Cliquer ici pour en savoir plus sur le jardinier d’épices de la « Safranière des Volcans » à Coheix.

Le chœur de l’église, situé à l’intérieur de l’abside demi-hexagonale.

L’église de Coheix

L’édifice est construit selon un plan allongé, se terminant par une abside demi-hexagonale.
Des bâtiments annexes flanquent le corps principal sur les façades nord et sud.

 

L’église est couverte par une toiture en bâtière (c’est à dire en forme d’accent circonflexe), se terminant en croupe au dessus de l’abside. Le clocher possède quant à lui une toiture à quatre pans, surmontée d’une croix. La couverture est en ardoise.

L’entrée se fait par la façade occidentale, qui comprend deux niveaux d’élévation. Le premier s’ouvre par un portail en plein cintre, encadré par deux petites baies rectangulaires. L’ensemble est surmonté, au second niveau, par un oculus à baie quadrilobée, encadré par deux baies en arc brisé.
Cette façade occidentale est soutenue par quatre contreforts, et surmontée d’un clocher quadrangulaire, percé sur chaque face d’une baie en arc brisé munie d’abat-sons.
Les murs gouttereaux (ceux des façades nord et sud) et l’abside sont percés de baies en arc brisé. La façade sud offre une seconde porte d’accès.

 

La nef et l’autel
La tribune, éclairée par le vitrail de l’oculus à baie quadrilobée

L’édifice comporte une nef unique, sur laquelle s’ouvrent deux chapelles latérales au niveau du faux transept. L’ensemble est voûté en croisées d’ogives.
À noter la présence d’une tribune au dessus du portail de la façade ouest.

La construction de cette église date du second quart du XIX° siècle (entre 1825 et 1850).

Le projet de construction du clocher remonte à 1877.
En 1934 l’édifice a fait l’objet d’une réfection ; la couverture du clocher notamment a été entièrement refaite.

 

 

 

 

 

 

 

 

De splendides bannières en soie brodées, présentées dans l’église, nous renseignent sur la vie et les engagements des habitants d’autrefois, sur leur relation à Marie et aux saints : de gauche à droite,

1- le tiers ordre franciscain (c’est à dire vivre sa vie en suivant les intuitions de St François d’Assise mais sans entrer dans un monastère) : fraternité de vie simple et dans la prière, en portant la paix ;

2- St Jean Baptiste de la Salle (éducation des enfants, en particulier des plus défavorisés) ; peut-être y a-t-il eu autrefois à Coheix une école tenue par les Frères des Écoles Chrétiennes, congrégation fondée en 1680 par St Jean-Baptiste de la Salle ; à moins qu’il s’agisse simplement d’honorer le prénom de St J.-B. de la Salle, homonyme de St Jean Baptiste… ;

3- les Enfants de Marie de Coheix (prière mariale et pureté de vie).

Ces bannières, signes et symboles de pieuses associations fraternelles et de groupes de prière paroissiaux, étaient sorties et déployées lors de processions, défilés et fêtes patronales, un peu comme ce qu’on voit encore aujourd’hui dans les ostentions limousines ou les confréries de pénitents.

St François d Assise
St François Xavier, co-patron des Missions
St Jean Baptiste, patron de cette église

Ci-contre, trois des statues dont l’église est ornée.

Le jour de la fête patronale (24 juin ou dimanche à l’octave), une statue de St Jean Baptiste est décorée et ornée de fleurs, placée sur un brancard porté par quatre paroissiens qui la sortent de l’église à l’issue de la messe et la mènent en procession (les photos ci-dessous ont été prises pendant la fête patronale de 2019) :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

⇐ Ici, cette magnifique lave émaillée (production locale ! ), qui décore le devant de l’autel, représente St Jean Baptiste (au premier plan à gauche) qui baptise le Christ (au premier plan à droite) dans les eaux du Jourdain. Au second plan à droite, un pêcheur ramène son filet, il s’agit d’André, le frère de Simon-Pierre et disciple de Jean Baptiste (Évangile selon St Jean, 1, 40). Le choix des couleurs n’est pas anodin : bleu en haut (le ciel), marron au milieu (la terre et les hommes), bleu en bas (l’eau).

St Jean Baptiste, patron de cette église

Statue de St Jean Baptiste décorée et fleurie pour la fête patronale.

À sa naissance, cet enfant fut appelé Jean ; on lui adjoignit ensuite le qualificatif de « baptiste », car il baptisa (c’est à dire : il versa de l’eau sur la tête) de nombreuses personnes, y compris Jésus lui-même. Au delà du geste rituel, ce baptême est un « nettoyage de l’âme » qui la débarrasse de ses péchés, sauf pour Jésus dont l’âme était évidemment sans péché ; dans son cas, c’est l’inverse : l’eau du Jourdain, chargée des péchés des hommes, les déverse sur lui ; ainsi peut-on dire que Jésus se charge du fardeau de nos péchés, geste qu’il renouvellera au portement de la Croix.

Les quatre évangiles nous parlent abondamment de St Jean Baptiste lors de divers épisodes, par exemple :

Le baptême de Jésus par Jean Baptiste – Tableau commencé par Andrea del Verrocchio et achevé par Léonard de Vinci entre 1472 et 1475 – Galerie des Offices, Florence.

De nombreuses discussions et controverses se sont déroulées (et se poursuivent encore ! ) entre théologiens, historiens et autres experts, en particulier sur le degré réel de parenté entre Jean Baptiste et Jésus, sur les circonstances de la conception de Jean Baptiste et sur sa date de naissance, sur leurs relations (Jean Baptiste considérait-il Jésus comme Dieu ou comme un envoyé de Dieu plus ou moins humain ?), sur la rivalité entre les disciples de Jean et ceux de Jésus, etc…

Seuls les points suivants semblent faire consensus :

Cliquez ici pour en savoir plus sur ce sujet.

St Jean-Baptiste-Marie Vianney, statue de Cabuchet (1867)

Parmi les homonymes célèbres de St Jean Baptiste, outre St Jean Baptiste de la Salle dont nous avons parlé plus haut, mentionnons encore St Jean-Marie Vianney, le curé d’Ars, qui a lui-même choisi, à sa confirmation, de modifier son prénom en Jean-Baptiste-Marie (ou Jean-Marie-Baptiste selon les sources), en l’honneur de St Jean Baptiste ; la suite de l’histoire, c’est que cet humble curé de campagne est lui aussi devenu un très grand « nettoyeur d’âmes », en utilisant l’outil de la confession…