Agenda

décembre 2020
LMMJVSD
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31    
« Nov   Jan »

Catégorie d’événements

Derniers articles

Catégorie d’articles

Méditation sur l’évangile du dimanche 15 novembre 2020

Méditation sur l’évangile du dimanche 15 novembre 2020


Bonjour à tous,

Voici quelques lignes pour nous accompagner ce dimanche dans l’espérance.

Bon courage à tous.

Fraternellement

Père Jean-Marc Couhert

⇒ à lire : la lettre de notre archevêque Mgr François Kalist : « Eucharistie et confinement »

33ème dimanche du temps ordinaire, année A (15 novembre 2020) : Évangile selon St Matthieu, chapitre 25, versets 14-30.

L’histoire humaine, c’est le temps de « l’absence du maître » : l’humanité est mise à l’épreuve, comme ces serviteurs à qui le maître a confié de grosses responsabilités. En effet, notre vie se déroule comme si Dieu était absent, laissant aux hommes toute initiative. Quelle confiance il nous fait, quel respect de notre liberté, quels risques il accepte de prendre ! « Il leur confie ses biens ». Il s’agit donc de gérer des biens qui ne nous appartiennent pas, ce sont ceux du Maître, c’est-à-dire de Dieu. Il s’agit surtout de notre coopération active pour la construction du Royaume de Dieu, le Royaume d’Amour !

Le dernier serviteur, par crainte de son maître, va enfouir son talent dans la terre, il ne risque rien. S’il venait à le perdre en risquant, comment rembourserait-il ce qui représente des années de salaire ? Il va rater car il s’est radicalement trompé sur son maître, vu comme un homme dur, exigeant, exploiteur… Il s’est rendu incapable de percevoir la confiance dont avait fait preuve son maître à son égard. Il s’est enfermé en lui-même et il a fini par prendre peur : peur de lui-même, peur du maître, peur de tout… Il est resté recroquevillé, paralysé, il n’a pas su saisir la confiance du maître qui l’invitait à produire le meilleur de lui-même.

« J’ai peur » : voilà le drame de nombreuses existences. On sait bien que la peur paralyse, hypnotise. En ces temps de pandémie : craintes, peurs, angoisses nous habitent et empêchent de se projeter vers demain, de vivre, d’aimer. On risque de privatiser, d’enterrer son talent et d’oublier d’aimer ! La foi chrétienne, c’est l’amour qui se risque à la suite de Jésus : évidemment, pour l’heure, il y a des contraintes sanitaires, mais notre coeur n’est pas confiné…

Nous apprenons de la parabole que Dieu ne nous surplombe pas de sa justice impitoyable, prête à fondre comme un vautour sur sa proie. Dieu nous donne rendez-vous, au bout de notre histoire personnelle. Il marche devant nous, il nous partage son Esprit : à nous de donner le meilleur de nous-mêmes (même si c’est petit), et puis… à la grâce de Dieu !