Agenda

octobre 2020
LMMJVSD
    1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
« Sep   Nov »

Catégorie d’événements

Derniers articles

Catégorie d’articles

Le triduum pascal et Pâques 2020 en période de confinement

Le triduum pascal et Pâques 2020 en période de confinement


Jeudi Saint : « Pour que nos vies deviennent eucharistiques ! »

Célébrer l’Eucharistie, c’est faire mémoire du Christ qui donne sa vie. C’est célébrer la victoire de l’amour sur la mort, c’est enfin recevoir le Christ en nourriture  manifestant ainsi notre désir de laisser le Christ vivre, grandir et agir en nous !… Notre être tout entier est appelé à devenir corps du Christ, notre vie toute entière est appelée à être eucharistique. Mais qu’est-ce que cela veut dire concrètement ?

L’Eucharistie nous aide à ne pas cloisonner nos vies… D’un côté, il y aurait le travail, les engagements, bref la vie.  Et de l’autre Dieu, la foi, la pratique religieuse qu’on cantonnerait à un moment de la semaine. Comme si la foi n’avait rien à voir avec notre vie réelle. Comme si Dieu n’avait rien à nous dire sur ce qui fait l’ordinaire de nos jours… Notre temps, qui est parfois celui des replis, connaît aussi une peur du monde qui n’est pas bon ; ce qui peut conduire à une fuite dans un spirituel vaporeux, éthéré et désincarné où ce qui importe c’est Jésus et moi… Vivre en présence de Dieu ce serait vivre en retrait du monde !… Je crois plutôt que que l’existence chrétienne, c’est toute l’existence humaine. C’est elle qui doit, dans sa totalité, être orientée par des choix qui viennent de l’Évangile.

Il n’est pas anecdotique qu’au jour qui nous rappelle l’institution de l’Eucharistie, le Jeudi Saint, nous entendions l’Évangile du lavement des pieds, assorti de la consigne : « Vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns les autres ». Le Christ, au cœur de l’Eucharistie, demande qu’on le suive ainsi, qu’on marche avec lui sur la route du service et du don. C’est dans le service des corps que s’accomplit le mystère eucharistique… Au passage, je me demande si c’est bien sur Facebook ou YouTube que s’accomplit aujourd’hui le mystère eucharistique !…

Cette dimension de service peut prendre dans nos vies des formes très variées. Elle passe par l’attention simple et quotidienne au plus proche, et va jusqu’à l’intérêt, voire l’engagement, pour les questions qui travaillent ou tenaillent nos sociétés (elles sont parfois complexes). Notre union au Christ nous renvoie sans cesse à nos frères comme des serviteurs.

Pour nous aider à avoir « une vie eucharistique » au quotidien, retenons trois pistes : faire mémoire, rendre grâce et se donner.

  • Faire mémoire : comme pour les disciples d’Emmaüs, nous sommes invités à relire le quotidien des jours pour découvrir combien nous n’avons pas été seuls sur la route. Dieu est présent, il agit à travers les vies qui se donnent.
  • Rendre grâce : chaque jour Dieu accomplit en nous et dans le monde son œuvre de vie. A chaque instant, il veut nous y associer. Désirons-nous le suivre ?
  • Se donner : le don de nos vies est réponse au don du Christ. En sortant de l’Eucharistie c’est nous qui devenons partage, vie donnée… Jésus, en donnant son corps et son sang (la totalité de sa personne, de sa vie), nous invite à prendre soin de nos corps et du grand corps de l’humanité.  Se donner, se redonner aux autres chaque jour dans les tâches les plus répétitives et humbles, n’est peut-être pas ce qui est le plus glorieux, mais c’est ce qui permet à l’amour d’irriguer le monde… C’est en avançant sur ce chemin-là que nos vies deviennent eucharistie, c’est ce chemin-là que l’Eucharistie vient nourrir en nous…

P. J.-M. Couhert

Temps de prière pour le Jeudi-Saint

On prépare le coin prière avec fleurs, bougie. Rassemblés debout, après avoir tracé sur soi le signe de la croix, on peut prendre un chant :

R/- C’est toi Seigneur le pain rompu, 
Livré pour notre vie. 
C’est toi, Seigneur, notre unité, 
Jésus ressuscité !

1– Jésus, la nuit qu’il fut livré, rompit le pain et dit :
Prenez, mangez : voici mon corps, livré pour l’univers. R/

2– Jésus, la nuit qu’il fut livré, montra le vin et dit :
Prenez, buvez : voici mon sang, versé pour l’univers. R/

4– Je suis le pain qui donne vie : qui croit en moi, vivra ;
Et je le ressusciterai, au jour de mon retour. R/

5– L’Esprit de Dieu m’a envoyé pour annoncer la joie,
Pour libérer les prisonniers, pour apporter la paix. R/

6– Voici venir les temps nouveaux, la terre des vivants :
Vous deviendrez mes bien-aimés ; je suis « Dieu avec vous ».R/

On peut aussi prendre le Gloire à Dieu avec un refrain connu.

De même, après un bref silence, on lit l’Évangile de Jean :

Lecture de l’Évangile selon st Jean (13, 1-15) :

Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout. Au cours du repas, alors que le diable a déjà mis dans le cœur de Judas, fils de Simon l’Iscariote, l’intention de le livrer, Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu’il est sorti de Dieu et qu’il s’en va vers Dieu, se lève de table, dépose son vêtement, et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ; puis il verse de l’eau dans un bassin. Alors il se mit à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture. Il arrive donc à Simon-Pierre, qui lui dit : « C’est toi, Seigneur, qui me laves les pieds ? » Jésus lui répondit : « Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras. » Pierre lui dit : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi. » Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! » Jésus lui dit : « Quand on vient de prendre un bain, on n’a pas besoin de se laver, sinon les pieds : on est pur tout entier. Vous-mêmes, vous êtes purs, mais non pas tous. » Il savait bien qui allait le livrer ; et c’est pourquoi il disait : « Vous n’êtes pas tous purs. » Quand il leur eut lavé les pieds, il reprit son vêtement, se remit à table et leur dit : « Comprenez-vous ce que je viens de faire pour vous ? Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”, et vous avez raison, car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Après un temps de prière silencieuse, on peut chanter ou lire :

1- Pour que nos cœurs
Deviennent de chair,
Tu as rompu le pain
Comme un fruit de justice,
Comme un signe d’amour.

2- Pour que nos cœurs
Deviennent de sang,
Tu as versé le vin
Comme un puits de tendresse,
Comme un signe de paix.

3- Pour que nos cœurs
Respirent ta vie,
Tu as donné ta mort
Comme un jour qui se lève,
Comme un cri d’avenir.

4- Pour que nos cœurs
Éclatent de vie,
Nous fêtons ta mémoire.
Tu libères ton peuple
Et tu es son chemin.

Pour terminer, on peut prendre le Notre Père et vivre le geste de paix (si cela est possible dans le respect des gestes barrières), et éventuellement la prière ci-dessous :

Tu nous as appelés, Dieu notre Père, à faire mémoire du dernier repas de Jésus. Avant de se livrer lui-même à la mort, il a remis l’Eucharistie à son Église pour que nous fassions mémoire de lui. Fais que nous recevions de ce repas, qui est le sacrement de son amour, la charité et la vie. Par Jésus- Christ, ton Fils bien-aimé, vivant avec Toi et au milieu de nous, pour les siècles des siècles. Amen.

Que le Dieu de bonté, le roi de la paix, nous bénisse et nous garde !

On termine en silence.


Vendredi Saint« Le signe de la Croix ! »

 

La croix, on la voit un peu partout : au faîte des églises, à la croisée des chemins, sur nos places, dans les cimetières, sur les pignons des maisons…

La croix, elle est plantée dans la vie des humains : dans celle des personnes malades, des femmes violentées, des enfants battus ou exploités, des jeunes qui ne trouvent pas de sens à la vie, des hommes sans travail, des familles brisées, des aînés esseulés, des peuples humiliés, des nations en guerre… Toutes ces souffrances, Jésus les prend en lui.

Paul Claudel écrivait : « Quand je vois le Christ en Croix, les bras m’en tombent ! » La Croix nous parle d’un homme qui est allé au plus loin de l’amour, et qui nous appelle à marcher concrètement à sa suite vers la Vie, en étant proche des crucifiés de notre temps (ceux d’ici et de là-bas) !… La Croix est un compte-rendu de l’amour !…

P. J.-M. Couhert

Mise au tombeau – Eglise du Montel de Gelat – fin XV° ou début XVI° siècle.

Temps de prière pour le Vendredi-Saint

Il est tout à fait possible de faire le chemin de Croix, mais en veillant à ce que les textes soient actuels ou actualisés… Vous pouvez en trouver un sur le site :   liturgiecatholique.fr

Schéma pour un temps de prière autour de la Passion (on aura pris soin de préparer une croix, une lumière) :

On peut chanter le chant suivant, ou un autre adapté aux participants :

R/- Victoire, tu règneras !
Ô Croix, tu nous sauveras !

1 – Rayonne sur le monde
Qui cherche la vérité,
Ô Croix, source féconde
D’amour et de liberté. R/

2 – Redonne la vaillance
Au pauvre et au malheureux ;
C’est toi, notre espérance,
Qui nous mèneras vers Dieu. R/

3 – Rassemble tous nos frères
A l’ombre de tes grands bras.
Par toi, Dieu notre Père
Au ciel nous accueillera. R/

Lecture de l’Épître de Paul aux Philippiens (Ph 2, 6-11)

Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. C’est pourquoi Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers, et que toute langue proclame : « Jésus Christ est Seigneur » à la gloire de Dieu le Père. – Parole du Seigneur.

Vous pouvez aussi lire la Passion selon St Jean (en raison de la longueur, elle n’est pas présentée dans ce schéma).

 

Prière universelle du Vendredi Saint

(retravaillée par les moines de l’abbaye de La Pierre Qui Vire)

1- Prions, frères bien-aimés, pour la Sainte Eglise de Dieu, répandue sur toute la surface de la terre ; que le Père tout-puissant lui donne l’unité et la communion véritable. R/- Seigneur, nous te prions.

2- Prions pour notre saint Père le pape François et tous ceux qui sont associés à son travail apostolique. Prions pour notre archevêque François, pour le collège des évêques de par le monde et pour les évêques de France. Prions pour les prêtres et les diacres qui les secondent dans leur ministère. R/- Seigneur, nous te prions.

3- Prions pour tout le peuple de Dieu, qu’il témoigne de la venue de ton Règne, fort dans sa foi et son espérance. R/- Seigneur, nous te prions.

4- Prions pour ceux qui, unis dans un même baptême, croient en Jésus-Christ ; que toutes les confessions chrétiennes soient en recherche de la pleine unité. R/- Seigneur, nous te prions.

5- Prions pour les catéchumènes qui recevront le bain de régénération ; qu’ils trouvent soutien et joie dans les communautés qui les accueillent. R/- Seigneur, nous te prions.

6- Prions pour le peuple d’Israël qui, le premier, a connu ton Nom mais aussi la persécution ; qu’il reste fidèle à ton Alliance. R/- Seigneur, nous te prions.

7- Prions pour les musulmans, dans notre pays et par le monde. Prions pour les croyants de toutes les religions, car en eux, l’Esprit de Dieu est à l’œuvre. R/- Seigneur, nous te prions.

8- Prions pour ceux qui ne croient pas en Dieu. Prions pour tous les hommes de bonne volonté : qu’ils aient la passion de la justice et de la solidarité. R/- Seigneur, nous te prions.

9- Prions pour les chefs d’Etat et les responsables des affaires publiques ; qu’ils respectent les droits de l’homme et soient soucieux d’un ordre international plus juste. R/- Seigneur, nous te prions.

10- Prions pour tous ceux qui vivent dans l’épreuve, pour tous les pays touchés par l’épidémie de Corona Virus : pour ceux qui se trouvent, en ces jours, dans une situation de désarroi : les isolés, les malades et ceux qui les soignent. Prions pour tous les malades et ceux qui meurent de faim, les émigrés, les prisonniers, les victimes des guerres et de toutes formes de violence. R/- Seigneur, nous te prions.

 

Vénération de la croix : Chant

Ô croix dressée sur le monde, ô croix de Jésus Christ !

Ô croix dressée sur le monde, ô croix de Jésus Christ !

Fleuve dont l’eau féconde du cœur ouvert a jailli.

Par toi la vie surabonde, ô croix de Jésus Christ !

Puis chacun vient s’incliner devant la croix, en respectant les gestes barrières.

On peut prier le Notre Père et la prière qui suit :

Seigneur, nous savons que tu nous aimes sans mesure ; ton Fils, en allant librement jusqu’à la mort de la croix, nous as montré cet amour. Nous venons de le suivre sur le chemin de sa Passion et de sa mort ; soutiens-nous, comme tu l’as soutenu ; et, dans les mystères de Pâques, donne-nous de vivre en communion avec Toi. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

On termine en silence.


Samedi Saint : « Le silence du samedi Saint !»

Quand on perd un être cher, la maison est vide. Le Samedi saint est, pour les disciples de Jésus, le temps du deuil. Il est marqué par une grande solitude, un grand silence sur la terre. Dans cette période de confinement, nous souffrons de l’absence des autres, du manque de lien social que les réseaux sociaux ne parviennent pas à combler. Nous faisons l’expérience du vide. Ceux qui éprouvent la solitude sont donc particulièrement à l’unisson du Samedi saint. Mais ce jour-là, le Christ n’est pas simplement au tombeau. Puisqu’il est mort, il va vers les morts, il descend « aux enfers », c’est-à-dire qu’il va vers nous tous qui sommes enfermés dans notre solitude, nos prisons, nos refus de Dieu, pour nous en libérer.

Habituellement le Samedi saint passe à l’as. Tout le monde court dans les préparatifs de la fête de Pâques. Et cette année, nous sommes devant ce rien qui est un appel à chercher Dieu dans l’Écriture…

Dans le psaume 23 on loue « Le Seigneur, le fort, le vaillant des combats » ! On mise sur Celui qui va donner la victoire alors même que tout semble perdu. Quel que soit le malheur, et au cœur du malheur, le Christ ressuscité peut venir et donner sa paix… 

Sœurs dominicaines de Chalais (38)

Pieta – Eglise du Montel de Gelat. XVI°siècle.

Ce temps peut être pour nous un temps de communion à la vie et à la quête de tant d’hommes et de femmes qui accusent le silence de Dieu… Et pour tous ceux qui font poindre une aurore…

Voici quelques intentions extraites de la liturgie des heures aux vêpres des dimanches de carême :

  • Pour l’homme qui désespère et ne trouve en lui que le vide, nous t’implorons, Seigneur.
  • Pour l’homme qui t’a fait confiance quand il était enfant, pour qu’il n’ensevelisse pas cette confiance dans le passé, nous t’implorons, Seigneur.
  • Pour l’homme qui juge tes signes comme les fables d’un monde enfant, nous t’implorons, Seigneur.
  • Pour celui qui a de la peine à espérer en toi et qui mise sur d’autres espoirs, nous t’implorons, Seigneur.
  • Pour l’homme qui te juge indifférent à la vie de ce monde, nous t’implorons, Seigneur.
  • Pour l’homme que l’esprit du monde a pris, qu’il puisse enfin se retourner vers toi, nous t’implorons, Seigneur.
  • Pour celui qui laisse dormir son baptême au lieu de se laisser envahir par lui, nous t’implorons, Seigneur.
  • Pour les croyants qui n’ouvrent pas leurs yeux sur le monde, afin qu’ils n’étouffent pas au fond d’eux ta lumière, nous t’implorons, Seigneur.
  • Pour les hommes qui travaillent à la paix en ce monde, afin que leur amour de l’humanité révèle ton amour, nous t’implorons, Seigneur.
  • Pour l’homme enfermé dans le tombeau, qu’il se lève à ton appel, nous t’implorons, Seigneur.

PÂQUES : « Seigneur Jésus Ressuscité, que ton Esprit nous communique un Souffle de Résurrection »


« Seigneur Jésus Ressuscité, par ta Vie, ta Mort et ta Résurrection, Tu as saisi la main de l’homme et de la femme, pour les arracher à leur détresse et les entraîner vers le Père, dans la force de l’Esprit Saint. Tu es toujours avec nous jusqu’à la fin des temps. Nous croyons en ta Présence, invisible et réelle, silencieuse et efficace. Tu pardonnes nos faiblesses, tu renouvelles notre confiance. Envoie sur nous ton Esprit Saint ! Qu’Il nous apprenne à Te chercher, comme Marie-Madeleine, parce que nous T’aimons, et à souffrir quand nous Te délaissons ; à Te trouver dans les Écritures, comme les disciples d’Emmaüs, et à Te recevoir comme Pain rompu pour notre Vie ; à Te redire que nous T’aimons, comme Pierre, chaque fois que nous avons peur de reconnaître, devant les autres, Ton influence sur nous. Que ton Esprit nous communique un Souffle de Résurrection, de pardon, de guérison et de communion en faveur de tout homme et de tout peuple, avec priorité au service des plus méprisés et les plus oubliés. Arrache-nous à nos instincts de mort et d’agressivité, à nos tentations de désespérer ou capituler devant le mal. Fais de ton Église une communauté vivant de l’Amour et de l’Espérance. Avec ceux qui Te cherchent même sans Te nommer, Toi, le Vivant, qui fait vivre pour les siècles des siècles ».

 Mgr Jean-Charles THOMAS

évêque émérite de Versailles

La pierre roulée et le tombeau vide (Luc, 24, 2-3)

Temps de prière pour Pâques (mix vigile et jour)

On allume un cierge ‐ neuf si possible – ; celui qui conduit la prière dit :

Que la lumière du Christ, ressuscitant dans la gloire, brille en cette nuit de Pâques et fasse de nous des foyers de lumière au cœur du monde. Amen.

R/- Gloire au Christ, lumière éternelle du Dieu vivant !
Gloire à toi, Seigneur !

    1. C’est toi qui éclaires ! C’est toi qui réchauffes ! R/-
    2. C’est toi qui purifies ! C’est toi qui consumes ! R/-
    3. C’est toi qui ressuscites ! C’est toi qui transfigures ! R/-

Lecture (Exode 14, 15-15, 1a). L’exode nous fait revivre la naissance d’un peuple nouveau. En traversant la mer, le peuple est sauvé de l’esclavage. En traversant les eaux du baptême, nous faisons, par le Christ, l’expérience de la libération de nos esclavages mortels.

En ces jours-là, le Seigneur dit à Moïse : « Pourquoi crier vers moi ? Ordonne aux fils d’Israël de se mettre en route ! Toi, lève ton bâton, étends le bras sur la mer, fends-la en deux, et que les fils d’Israël entrent au milieu de la mer à pied sec. Et moi, je ferai en sorte que les Égyptiens s’obstinent : ils y entreront derrière eux ; je me glorifierai aux dépens de Pharaon et de toute son armée, de ses chars et de ses guerriers. Les Égyptiens sauront que je suis le Seigneur, quand je me serai glorifié aux dépens de Pharaon, de ses chars et de ses guerriers. »
L’ange de Dieu, qui marchait en avant d’Israël, se déplaça et marcha à l’arrière. La colonne de nuée se déplaça depuis l’avant-garde et vint se tenir à l’arrière, entre le camp des Égyptiens et le camp d’Israël. Cette nuée était à la fois ténèbres et lumière dans la nuit, si bien que, de toute la nuit, ils ne purent se rencontrer.
Moïse étendit le bras sur la mer. Le Seigneur chassa la mer toute la nuit par un fort vent d’est ; il mit la mer à sec, et les eaux se fendirent. Les fils d’Israël entrèrent au milieu de la mer à pied sec, les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche. Les Égyptiens les poursuivirent ; tous les chevaux de Pharaon, ses chars et ses guerriers entrèrent derrière eux jusqu’au milieu de la mer.

Aux dernières heures de la nuit, le Seigneur observa, depuis la colonne de feu et de nuée, l’armée des Égyptiens, et il la frappa de panique. Il faussa les roues de leurs chars, et ils eurent beaucoup de peine à les conduire. Les Égyptiens s’écrièrent : « Fuyons devant Israël, car c’est le Seigneur qui combat pour eux contre nous ! » Le Seigneur dit à Moïse : « Étends le bras sur la mer : que les eaux reviennent sur les Égyptiens, leurs chars et leurs guerriers ! » Moïse étendit le bras sur la mer. Au point du jour, la mer reprit sa place ; dans leur fuite, les Égyptiens s’y heurtèrent, et le Seigneur les précipita au milieu de la mer. Les eaux refluèrent et recouvrirent les chars et les guerriers, toute l’armée de Pharaon qui était entrée dans la mer à la poursuite d’Israël. Il n’en resta pas un seul. Mais les fils d’Israël avaient marché à pied sec au milieu de la mer, les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche.

Ce jour-là, le Seigneur sauva Israël de la main de l’Égypte, et Israël vit les Égyptiens morts sur le bord de la mer. Israël vit avec quelle main puissante le Seigneur avait agi contre l’Égypte. Le peuple craignit le Seigneur, il mit sa foi dans le Seigneur et dans son serviteur Moïse. Alors Moïse et les fils d’Israël chantèrent ce cantique au Seigneur : 

Chant d’acclamation avec l’alléluia de Schutz, qui permettra aussi d’accueillir l’évangile :

1- Louange à Dieu, Très-Haut, Seigneur,
Pour la beauté de ses exploits !
Par la musique et par nos voix,
Louange à Lui, dans les hauteurs !

2- Louange à Lui, puissance, honneur,
Pour les actions de son amour !
Au son du cor et du tambour,
Louange à Lui pour sa grandeur !

4- Tout vient de lui, tout est pour lui :
Harpes, cithares, louez-le.
Cordes et flûtes, chantez-le :
Que tout vivant le glorifie.

5- Rien n’est trop grand pour notre Dieu,
Rien n’est trop beau pour Jésus Christ,
Louange et gloire à leur Esprit,
Dans tous les siècles, en tout lieu.

6- Alléluia, alléluia !
Alléluia, alléluia !
Alléluia, alléluia !
Alléluia, alléluia !

Évangile

Lecture de l’Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (20, 1-9) :

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau. Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. »

Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place. C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut. Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture,
il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.

    – Acclamons la Parole de Dieu.

 On peut reprendre l’alléluia de Schutz et un temps de silence.

Profession de foi :

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre,

Et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant, d’où il viendra juger les vivants et les morts.

Je crois en l’Esprit-Saint, à la sainte Eglise catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.

Prière pour le monde

Nous te chantons, Seigneur, pour nos frères et sœurs qui ont perdu le chant et la joie ; pour eux, nous prions.

R/- Ô Christ ressuscité, exauce-nous !

  • Pour l’Église, mère de miséricorde. R/
  • Pour les gouvernements sollicités par les événements. R/
  • Pour les personnes malades. R/
  • Pour les personnels soignants. R/
  • Pour ceux qui vivent un deuil. R/
  • Pour ceux pour qui le confinement est une épreuve. R/

Action de grâce

Nous pouvons ensuite rendre grâce au Père par la prière suivante qui introduira au Notre Père :

C’est pour te rendre grâce, Dieu Notre Père,
Que nous élevons notre cœur et le tournons vers toi.
En cette heure où nous faisons mémoire du temps où  tu as relevé Jésus d’entre les morts.
Il avait pris notre existence et l’avait prise jusqu’à la croix.
Tu ne pouvais laisser ton Fils au tombeau et tu l’as ressuscité.
En lui, tu as fait passer la création au-delà de la mort et nous te rendons grâce.
Alléluia, Alléluia.

Avec Jésus, ton Fils ressuscité,
Nous te louons et nous te bénissons
Et nous annonçons le jour où tu feras passer notre monde
Dans l’éternelle nouveauté de ton Royaume.
Alléluia, Alléluia.

Comme lui-même nous l’a appris et remplis de la joie de la Résurrection, nous osons te dire :

Notre Père…

Conclusion : pour conclure ce temps de prière, nous pourrons appeler sur nous-mêmes et nos familles la bénédiction de Dieu, en disant :

Père très saint, tu as ressuscité Jésus d’entre les morts. Que ta bénédiction nous fasse renaître à ta propre vie. Qu’elle redonne sens à nos vies et remplisse nos cœurs de ta paix, en ces temps troublés. Qu’elle répande sur nous le souffle de ton Esprit, et nous fasse témoigner de ton amour pour le monde. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

Chant d’envoi

R/- Le Seigneur est ressuscité, alléluia !

1 – Comme le printemps sur nous se lève un jour nouveau,

comme le printemps, le Christ est revenu ! R/

2 – L’homme des douleurs qui sommeillait dans le tombeau,

l’homme des douleurs soudain est apparu ! R/

4 – Joie de l’univers, Ô Christ, ami du genre humain,

joie de l’univers, nous sommes délivrés ! R/

Arcabas (1926-2018) : La Résurrection. 2001. Eglise St Clément de Collex-Bossy (Suisse). Retable à 3 panneaux. Matière : acrylique sur bois. Dimensions de l’original : 4,20 x 2,80 m.