Agenda

mai 2020
LMMJVSD
     1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
« Avr   Juin »
  • Pas d'événement

Catégorie d’événements

Derniers articles

Catégorie d’articles

Dimanche 3 mai 2020 en période de confinement

Dimanche 3 mai 2020 en période de confinement


Bonjour à vous

Vous l’avez entendu annoncer et certainement commenter… Il nous faudra encore patienter jusqu’à début juin pour la reprise des célébrations. Notre attente était forte, la déception, la tristesse, l’incompréhension peuvent nous gagner…

Nous restons en communion, nous gardons le souci les uns des autres en pensant à ceux qui sont les plus fragilisés par cette situation….

Nous avons le pain de la Parole pour nous alimenter au quotidien, et la messe dominicale du Jour du Seigneur (ou autres) mais puisqu’Église veut dire assemblée : je trouve bien rude de ne pouvoir vivre cette dimension native…. Puis-je vous suggérer aussi la prière des psaumes : c’est la prière de l’Église (prêtres, diacres, religieux et beaucoup de chrétiens s’y associent) ; vous pouvez trouver les offices du jour sur aelf.org.

⇒ un lien qui peut aider à prier l’office des vêpres du dimanche : https://jeunes-vocations.catholique.fr/ressources-et-outils/dossiers/liturgie-et-temps-de-priere/295724-295724/

Bien à vous.

Jean-Marc Couhert

 

⇒ Cliquez ici pour découvrir le bulletin paroissial « printemps 2020 » qui n’a pu être distribué par voie postale…

⇒ Jetez aussi un coup d’œil à la rubrique Prière qui présente une autre approche de l’évangile de ce dimanche sur le Bon berger.


4° dimanche de Pâques – année A

La figure de Jésus comme bon pasteur est une figure rassurante… Mais lorsqu’on en vient à regarder les brebis, et que l’on commence à songer qu’elles nous représentent dans la parabole, nous sommes peut-être un peu moins séduits par les images. Pourquoi ? Parce que le quotient intellectuel de la brebis n’est pas des plus flatteurs ; nous connaissons les moutons de Panurge !… Mais aussi, parce que le troupeau dont nous ferions partie, crée une indifférenciation entre nous qui est proprement insupportable. Nous nous savons uniques, et nous voulons de toutes les fibres de notre être un regard sur nous qui nous distingue et qui, finalement, nous aime.
Cette limite de l’image, Jésus semble en avoir conscience puisqu’il précise que le bon pasteur qu’il est, connaît ses brebis, qu’il les appelle chacune par son nom, et qu’il donne sa vie pour elles, c’est-à-dire, qu’il les aime !
Venons-en à l’image de la bergerie de laquelle le berger fait sortir ses brebis lorsqu’elles sont dedans, et dans laquelle il les fait entrer lorsqu’elles sont dehors, pour finalement les laisser « aller et venir » en passant par lui. Ainsi la bergerie n’était pas seulement un abri mais un lieu ouvert largement sur l’extérieur (le pape François parlerait des périphéries). Une image de l’Église qui n’est donc pas une citadelle, mais autant le lieu du repos que celui de l’envoi.
Jésus, qui se dit le vrai berger, dit être aussi être la porte. Le berger guide, protège. Affirmer que l’on est la porte, c’est dire que l’on est le vide d’un passage, une brèche dans l’épaisseur d’un mur, une absence de résistance. Comme si Jésus, le Maître, voulait s’effacer pour laisser place à autrui. Jésus permet qu’entre nous naisse, existe une rencontre, une relation profonde malgré les barrières et les murs.
En novembre 1989 tombait le mur de Berlin : une barrière, infranchissable, piégée, surveillée nuit et jour, érigée au temps de la guerre froide pour séparer… Dans la brèche ouverte, des foules s’engouffrent, des hommes et des femmes tombent dans les bras les uns des autres. Des hommes et des femmes ont alors pu vivre la joie débordante d’une retrouvaille ou d’une rencontre qui semblait impossible, c’est l’image que prend le Christ pour parler de lui-même ! Il est le passage ! La protection qu’il nous assure, c’est son amour pour nous et sa présence qui ne saurait faire défaut. Il s’agit alors de risquer la sortie par la brèche, ou d’accueillir celui qui vient à nous de manière inattendue, prendre le risque d’une rencontre qui est aussi le risque d’un bonheur.
La fin du confinement (au plus vite nous le désirons tous !…) nous fera retrouver nos activités, nos relations, nos églises ; il nous invitera aussi à sortir vers des extérieurs sociaux (avec des pauvretés à servir) et sociétaux (avec des nouveaux modèles à vivre et à faire vivre). Comme toujours, le Christ nous devance et nous attend sur le chemin des serviteurs…

P. Jean-Marc COUHERT


Prière de louange et d’intercession

Cette proposition de prière se présente comme une action de grâce pour la diversité des ministères et des états de vie dans l’Église.

En ce jour de prière pour les vocations, soyons heureux de rendre grâce
pour les multiples manières de vivre le baptême, à travers des ministères ou des états de vie. Et demandons au Seigneur de savoir mieux comprendre et accueillir cette diversité.

• Nous te rendons grâce pour notre évêque successeur des Apôtres, il est pour l’Église qui est à Clermont la figure du Christ Bon Pasteur.

 Aide-nous à accueillir avec confiance les orientations de notre diocèse et à mieux participer à leur mise en œuvre.

• Nous te rendons grâce, Seigneur, pour les couples qui, dans le sacrement du mariage, sont les signes du Dieu de l’Alliance.

 Bénis tous les époux, entoure-les de ta grâce, afin que leur amour porte du fruit et qu’ils soient signes d’un monde à construire dans la réciprocité de l’amour.

• Nous te rendons grâce pour les diacres. Ces hommes ont accepté de conjuguer vie professionnelle, engagement familial et ministère ordonné pour être les signes du Christ Serviteur.

 Fais-nous accueillir leur témoignage d’une vie interrogée par l’Évangile qu’ils ont mission d’annoncer, notamment dans le service des plus pauvres.

• Nous te rendons grâce pour tous les évangélisateurs et missionnaires, ceux et celles qui ont accepté de se déplacer vers un autre pays, mais surtout d’opérer un déplacement à l’intérieur d’eux-mêmes pour rejoindre d’autres peuples, d’autres cultures, d’autres Églises.

 Suscite en nous une même attitude de dialogue et d’annonce, et que soient toujours plus nombreux ceux qui portent ainsi la Bonne Nouvelle.

• Nous te rendons grâce pour les prêtres. Ils sont parmi nous les signes du Christ Pasteur. Ils rassemblent et appellent à témoigner de la Bonne Nouvelle :

 Que ton Esprit suscite aujourd’hui dans l’Église les prêtres dont le monde a besoin pour servir à la prière et à l’eucharistie et pour annoncer l’Évangile du Christ.

• Nous te rendons grâce pour tant d’hommes et de femmes qui ont accepté, à travers la vie consacrée, de vivre l’Évangile avec d’autres, au cœur d’une existence fraternelle pour l’annonce du Royaume.

 Dirige au long de leur marche vers toi ceux que tu appelles à ne chercher que ton Royaume : qu’en renonçant à eux-mêmes pour suivre le Christ humble et pauvre, ils se dévouent à ton service et à celui de leurs frères.

Seigneur, ouvre-nous à tes appels et fais de nous une communauté appelante. Toi qui règnes, maintenant et pour les siècles des siècles. AMEN !