Agenda

octobre 2020
LMMJVSD
    1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
« Sep   Nov »

Catégorie d’événements

Derniers articles

Catégorie d’articles

Dimanche 10 mai 2020 en période de confinement

Dimanche 10 mai 2020 en période de confinement


Bonjour à vous tous que j’espère en santé.

Je sais que chacun aspire à plus de « liberté » et aussi de convivialité et de communion……… Pour l’instant la reprise des célébrations et activités de la communauté chrétienne est encore entourée d’un manque de précisions. Nous gardons en tête la date du 2 juin qui (à ma connaissance) est la seule qui fasse ‘autorité’ aujourd’hui…….

Je me permets de vous signaler ce lien vers un texte de l’évêque de Carcassonne : https://www.aude.catholique.fr/declaration-de-leveque-de-carcassonne-et-narbonne-du-30-avril-2020

Le 8 mai marque les 75 ans de la fin de la seconde guerre mondiale et de la barbarie nazie : occasion pour nous de prier pour l’Europe et pour la paix….. Avant l’entrée en pandémie, des pays connaissaient la guerre : qu’en est-il aujourd’hui ?

Bon courage à ceux qui vont reprendre le chemin du travail et de l’école, non sans quelques questions, je l’imagine bien…

A tous je redis ma prière fraternelle.

Bien à vous

P. Jean-Marc Couhert

⇒ Cliquez ici pour découvrir le bulletin paroissial « printemps 2020 » qui n’a pu être distribué par voie postale…

⇒ Jetez aussi un coup d’œil à la rubrique Prière qui présente une autre approche de l’évangile de ce dimanche.


5° dimanche de Pâques, année A

«Je pars vous préparer une place». Quelle est-elle donc, cette place dont nous parle Jésus ? Avoir sa place, dans une famille ou un pays, c’est être reconnu comme une personne unique. Comme quelqu’un qui existe pour les autres. Ce qui est le plus destructeur de notre humanité, c’est le sentiment non pas d’abord de ne pas être à sa place, mais plutôt de n’avoir pas sa place, pire, de n’avoir plus de place. Dans une famille, les enfants aspirent à ce qu’on les reconnaisse : ils montrent leurs dessins, leurs bricolages, ils racontent leur journée (parfois elle est un peu enjolivée) : ils ont alors leur place… Des époux se retrouvent et partagent leurs émotions et leurs épreuves : ils savent alors qu’ils existent pour celui qui les écoute et leur fait, par son écoute, une place dans son cœur. Finalement, ce dont nous avons soif, c’est d’une vraie communion avec des êtres qui reconnaissent en nous l’être unique que nous sommes, qui ont de la compassion pour nos cicatrices, de la douceur avec nos blessures, de l’amour et un brin d’humour pour nous … Et si notre place, c’était de devenir vraiment nous-mêmes, avec le meilleur de ce que nous portons en nous ! Ce que nous sommes d’une manière inaliénable, c’est d’être enfants de Dieu qui nous appelle à sa vie.
« Je pars vous préparer une place, et là où je suis, vous y serez aussi ». Christ habite dans le cœur de Dieu, dans la volonté de Dieu : c’est là qu’il souhaite que nous nous établissions, que nous trouvions une demeure. Dieu est tout entier engagé pour la vie de l’homme : le chemin d’humanité du Christ en est la vivante attestation…

En route sur le chemin de Compostelle…

En le suivant, Lui qui est le vrai chemin, nous recevrons la Vie… La foi chrétienne est aussi une affaire de pieds, car il faut se mettre en route… Puisqu’il se peut que nous ressortions bientôt : bonne route !… Où nos pas nous conduiront-ils, il va à coup sûr y avoir des chemins nouveaux à explorer et à emprunter (dans la société et en Eglise) dans les temps qui viennent… L’Esprit du Ressuscité fera route avec nous !…

P. J.-M. Couhert


Prière

Ô Dieu de vérité,
que les hommes divers nomment de divers noms
mais qui est l’Un, Unique et le Même,
qui es Celui qui est,
qui es en tout ce qui est
et dans l’union de tous ceux qui s’unissent,
qui es dans la hauteur et dans l’abîme,
dans l’infini des cieux et dans l’ombre du cœur comme une infime semence,
nous Te louons, Seigneur, de ce que Tu nous exauces,
puisque cette prière est un exaucement.
Puisqu’en nous adressant ensemble à Toi,
nous élevons notre vouloir, nous épurons notre désir et nous nous accordons.
Et qu’avons-nous à demander encore si cela est accompli ?
Oui, que demander ? sinon que cela dure, ô Éternel, le long de notre jour et de notre nuit ;
sinon de T’aimer assez pour aimer tous ceux qui T’aiment et T’invoquent comme nous ;
assez pour aimer ceux qui Te prient et Te pensent autrement,
assez pour vouloir du bien à ceux qui nous veulent du mal,
assez pour vouloir du bien à ceux qui Te renient ou T’ignorent, le bien de revenir à Toi.
Donne-nous l’intelligence de ta Loi, Seigneur,
le respect émerveillé et miséricordieux de tout ce qui vit,
l’Amour sans revers de haine,
la Force et la Joie de la Paix.
Amen. »

Lanza del Vasto