Agenda

juillet 2019
LMMJVSD
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31     
« Juin   Août »
  • Pas d'événement aujourd'hui
Paroisse > Nos églises > St Pierre le Chastel

 

 

Saint Pierre le Chastel

    Eglise St Pierre

 

Histoire

Croix sur la butte de St Pierre le Chastel ; en arrière plan, la chaîne des puys, avec le Puy de Dôme à droite de l’image

Le bourg de St Pierre le Chastel est perché sur une butte (altitude de 665 à 873 m), d’où s’offre un vaste panorama sur la chaîne des puys, le massif du Sancy, la vallée de la Sioule et les Combrailles. Les habitants s’appellent les « Castelpetrussiens » (castel = château, Pierre = Petrus en latin). La commune compte 6 villages et plus de 400 habitants.

Un château (rasé par la suite), se dressait autrefois au nord de l’église, et a donné son nom « Le Chastel » à la localité ; on peut encore, sur place, déceler sur le sol l’emprise de ses bâtiments. Plus tard, Le Chastel est devenu Saint-Pierre-le-Chastel quand a été rajouté le nom du saint patron de la paroisse, laquelle a eu dans ses dépendances l’église de Pontgibaud, jusqu’à la Révolution.

L’église de St Pierre le Chastel apparaît dans les textes en 1165, lorsque le pape Alexandre III la confirme dans les possessions de l’abbaye bénédictine de Mozac, près de Riom. De cette époque, elle a conservé sa structure romane, qui a fait l’objet de nombreux remaniements et restaurations pendant les siècles suivants.Elle a conservé son plan en forme de croix latine. 

L’accès à l’église se fait par un portail à arc brisé. La nef est voûtée en berceau et amène à une croisée qui dessrt les deux chapelles latérales. La chapelle côté portail est datée du XIV è siècle mais a été reprise au XVè siècle. Une des clefs de voûte porte le blason de la famille de Langeac qui a possédé le château de Bonnabaud du XVè siècle à la Révolution. Les voûtes à nervures sont gothiques  et retombent sur des culots sculptés de feuiillages.

Au XIX è siècle, les mines de Roure, des Roziers et de la Grange sont en pleine activité et la population s’accroît. L’église devient trop petite pour accueillir les fidèles. La chapelle Nord est alors construite, la chapelle sud agrandie et reprise de même que le chœur et la partie de la nef qui supporte le clocher.

Les archéologues et les historiens ont de bonnes raisons de penser que la butte de Saint Pierre le Chastel aurait été occupée bien avant l’époque romane. Cela est suggéré par le site lui-même, identique aux éperons des bordures de la Limagne, où un peuplement est souvent attesté dès le néolithique. De plus, le toponyme « Chastel » semble, dans la région, plutôt caractéristique des forteresses du Haut Moyen-Âge (entre 500 et 1000 environ).

Vitraux  (cliquer sur les images pour les agrandir ; sur l’image agrandie, cliquer sur le signe  pour zoomer)

De gauche à droite :

1- Vitrail moderne : difficile de deviner qui il représente ?… peut-être Jésus ressuscité sortant du tombeau, libre et vainqueur de la mort ?

2- Déploration du Christ : Marie reçoit le corps de son fils Jésus à sa descente de croix ; remarquer que le corps de Jésus est enveloppé dans un drap de couleur rouge, symbole du sang qui a coulé de son côté lorsqu’un soldat romain l’a transpercé de sa lance.

3- St Jean Baptiste, accompagné d’un agneau qui figure le Christ, « agneau de Dieu ».

4- Ste Geneviève, représentée en bergère qui garde ses moutons et tient une quenouille pour recueillir la laine. Cette image de la vie rurale parlait sans doute plus aux habitants de St Pierre le Chastel que d’autres épisodes plus héroïques de la vie de Ste Geneviève… 


Statue de St Pierre, avec la clef du paradis dans sa main gauche, et sa chaîne de prisonnier dans sa main droite

Statues

 

L’église a été dédicacée à Saint-Pierre-aux-Liens, l’un des nombreux noms sous lesquels était vénéré St Pierre, le « Prince des apôtres. » Ce culte, originaire de Rome, serait lié aux chaînes par lesquelles Saint Pierre aurait été retenu prisonnier avant sa crucifixion la tête en bas. Il peut également s’agir d’une évocation de l’évasion miraculeuse de Pierre, libéré de sa prison par un ange, au nez et à la barbe des seize (!!!)  soldats chargés de sa surveillance rapprochée. En effet, le texte qui relate cet épisode (Actes des Apôtres, chapitre 12, versets 3 à 10) précise que « les chaînes tombèrent de ses mains », ce qui correspond mieux à la position des chaînes dans la main droite de notre statue.

 

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Une autre statue de St Pierre est promenée en procession lors de la fête patronale annuelle. La voici, à gauche, lors de la fête patronale de 2010, et à droite, exposée dans l’église entre deux angelots, pendant les 364 autres jours de l’année.

⇒ Pour en savoir plus sur la commune de St Pierre le Chastel, sur le site naturel sensible de la butte et du marais.