Agenda

Paroisse > Nos églises > Lavergne

LAVERGNE

ÉGLISE St ANTOINE

de PADOUE

 

⇒ Cliquez sur les images pour les agrandir

Le village de Lavergne fait partie de la commune de Cisternes la Forêt.

Comme la province d’Auvergne, il tire son nom du « vergne », arbre feuillu également connu sous le nom d’aulne. La forme « vergne », très utilisée dans le centre et le sud de la France, dérive de la racine gauloise « uerno » ou « verno », alors que la forme « aulne » dérive du mot latin « alnus », et qu’elle est plus utilisée au nord.

Aulne ou Vergne

L’aulne est un arbre qui se plaît dans les zones humides ou marécageuses, ou au bord des rivières et ruisseaux. Or le village de Lavergne est situé sur un plateau légèrement incliné (altitude 838 m), terrain peu propice au développement des aulnes ! Il est toutefois possible que l’aulne ait colonisé les vallées du ruisseau de Besanton et de ses affluents, qui entaillent profondément le plateau et s’approchent jusqu’à 1 km environ du village ; on peut aussi émettre l’hypothèse que Lavergne tirerait son nom de personnes, familles, groupes ou tribus d’origine auvergnate, arrivant d’une autre partie de l’Auvergne où poussent des vergnes (fond de vallée, marécage, lac…), et qui seraient venues s’établir là à une période non déterminée mais sans doute assez ancienne (voir la page sur Cisternes La Forêt pour plus de détail sur le peuplement ancien de la commune).

Cette commune possède trois églises, chacune avec son cimetière : celle de La Forêt, celle de Cisternes et celle de Lavergne qui fut construite plus récemment afin que les fidèles, pour pratiquer leur religion, n’aient plus à faire à pied un long chemin rendu pénible par la traversée d’une vallée assez abrupte.

Pour le même motif, une école, avec préau et à l’étage un appartement pour le maître (ou la maîtresse ! ), fut construite bénévolement – de A à Z et sans aucune aide financière – par les habitants des villages de Lavergne, Les Vialles et Le Cheix, aidés par ceux de Ballot et Ossebet (ces deux derniers sur la commune voisine de La Goutelle). Devant cette volonté exemplaire, l’académie de Clermont Ferrand se fit un devoir d’affecter une institutrice dès l’achèvement des travaux. Cette école a été ouverte sans discontinuer de 1938 à 1990 ; il subsiste encore aujourd’hui une école maternelle, qui complète l’école primaire située dans le centre bourg de Cisternes.

L’église St Antoine de Padoue

Elle est située sur une place très proche du cimetière.

Pierre gravée « 1865 » : date de début ou de fin construction ? d’inauguration ? de restauration ?
Vue de trois quarts arrière. Remarquer le chevet polygonal, et les multiples ruptures de pente des toits : que d’angles, que d’angles !

 

 

 

 

 

 

 

Au dessus de la porte d’entrée sur la façade Ouest, sur le linteau, on peut lire une date, peut-être celle de la pose de la première pierre, ou celle de la fin de la construction : 1865. Les deux cloches de l’église portent respectivement les dates de 1864 et 1874, ce qui conforte cette hypothèse.

Le clocher, décalé par rapport au porche d’entrée, est composé de trois parties, avec une seule ouverture pour la première partie, en verre unicolore ; la deuxième partie reçoit les abat-sons, inclus dans une ogive, partie qui renferme les cloches. À cette partie sont ajoutés deux contreforts reposant sur le toit de la nef.

La pointe, troisième partie du clocher, est octogonale sur base quadrangulaire, et recouverte d’ardoises comme le reste des toitures. Elle se termine par le traditionnel coq de la girouette, qui veille sur l’église et renseigne les passants sur la direction du vent.

La façade Nord est entièrement fermée ; cette église est assez sombre, car il y a peu de vitraux pour faire entrer la lumière.

Ci-contre : la nef, vue du fond de l’église vers le chœur. On devine les deux chapelles latérales, l’une à droite et l’autre à gauche de la nef. À voir : les nervures et colonnettes de la voûte du chœur, en pierre volcanique, qui soulignent élégamment les arêtes du chœur polygonal.

Ici : la nef, vue du chœur vers le fond de l’église. Remarquer la statue de St Jean-Marie Vianney, judicieusement placée sur le confessionnal, juste au-dessus de la « cabine » où s’installe le prêtre : à la fin de sa vie, St Jean Marie Vianney, curé d’Ars (ensuite devenu le saint patron de tous les curés du monde), passait jusqu’à 17 heures par jour au confessionnal, à soulager et guérir les âmes… il est vrai que les pénitents faisaient jusqu’à deux ou trois jours de queue pour pouvoir se confesser à lui…

 

Vitrail de St Austremoine, fondateur du diocèse et premier évêque de Clermont
Une « vision d’artiste » rassemblant trois saints d’époques bien différentes : Ste Marthe, St Antoine de Padoue et St Arthème
Vitrail de St Joseph, portant l’enfant Jésus, et tenant le lys de pureté de l’autre main.
Vitrail de St Jacques apôtre ; son auréole évoque la forme de la coquille St Jacques !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les reliques de St Arthème sont conservées dans l’église de St Parthem, près de Conques (Aveyron)

Qui était Saint Arthème (ou Artème ou Parthem) ? On sait peu de chose sur lui, sinon qu’il était natif de Trèves en Allemagne, qu’il était d’une grande beauté et d’une grande sagesse. Ambassadeur, envoyé en Espagne en tant que légat de l’empereur, il fut retenu en Auvergne par une forte fièvre. Guéri et converti par l’évêque Saint Népotien, il décide alors de tout quitter et de se consacrer à Dieu dans et par l’Église. Il devient le 6° évêque de Clermont. Un jour de grand incendie, il fait jaillir une source pour l’éteindre. Il meurt « en odeur de sainteté » vers 394. Ses reliques, conservées en la cathédrale, étaient sorties en procession lors des incendies les plus graves. Une chapelle lui est dédiée derrière le chœur de la cathédrale de Clermont Ferrand, où un vitrail raconte sa vie.

Baptistère
Descente de croix

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapelle du côté gauche
Chapelle du côté droit

Cliquer ici pour en savoir plus sur Saint Antoine de Padoue, saint patron de l’église (fêté le 13 juin), spécialement invoqué pour trouver ou retrouver ce qu’on cherche : objet perdu, place de parking, emploi, etc…