Agenda

septembre 2019
LMMJVSD
       1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30       
« Août   Oct »
  • Pas d'événement aujourd'hui
Sacrements/Prière > Les sacrements

1 – LE BAPTÊME

À tout âge, je peux devenir membre vivant de l’Église, communauté des chrétiens.

En pratique :

» Pour les petits enfants [moins de 7 ans] : Prenez contact avec l’accueil paroissial au moins deux mois à l’avance. Deux rencontres vous seront proposées : un échange avec d’autres couples et un entretien avec le prêtre ou le diacre pour préparer la cérémonie. Renseignements au 04 73 88 70 71 .

» Pour les enfants et jeunes en âge scolaire : Chaque année, des enfants et des jeunes participant à la catéchèse, soit en paroisse, soit en école catholique, soit en aumônerie, reçoivent le sacrement du baptême. La préparation se fait dans ces groupes. Le baptême se célèbre au cours d’une cérémonie qui rassemble les enfants ou les jeunes avec leur famille. Renseignements au 04 73 88 70 71 .

» Pour les adultes [catéchuménat] : Les adultes qui désirent se préparer au baptême sont accompagnés par une équipe qui chemine avec eux.

De la même façon, pour les personnes qui souhaitent s’engager dans la redécouverte de la foi chrétienne et dans la préparation des sacrements que l’Église leur propose [baptême, confirmation, …], la paroisse leur propose un accueil et des accompagnements individualisés.

Le baptême sera célébré en paroisse. Renseignements au 04 73 88 70 71.

 

2 – LE SACREMENT DE L’EUCHARISTIE

L’Eucharistie est le troisième sacrement de l’initiation chrétienne. Le mot « Eucharistie » signifie « action de grâces ». C’est le peuple qui rend grâce au Père, par son Fils, dans l’Esprit, pour le don qu’il nous fait de sa Vie.

C’est par l’Eucharistie que nous est donnée la Vie de Dieu, le Pain de la route. Recevoir le Pain de Dieu nous invite à partager notre pain avec nos frères en humanité. L’Eucharistie structure la vie chrétienne, elle la ponctue, elle est la respiration dans la vie spirituelle. C’est une actualisation de la Pâque et non pas sa répétition ou son simple souvenir. L’Eucharistie est un rappel de la dernière Cène, de la mort et de la résurrection de Jésus Christ.

En pratique : vous trouverez les lieux, dates et heures des célébrations eucharistiques (c’est à dire les messes) dans la rubrique « agenda ».

 

3 – LA CONFIRMATION

Toute personne qui a déjà été baptisée peut recevoir le sacrement de la Confirmation. Recevoir ce sacrement est un choix personnel que l’on peut faire lorsqu’on est adolescent ou adulte. Comme le baptême, la confirmation imprime dans le chrétien une marque ineffaçable : ce sacrement ne peut donc être reçu qu’une seule fois.

Le rite essentiel de la Confirmation est l’onction avec le saint-chrême (huile parfumée, consacrée par l’Évêque). Il s’effectue par l’imposition des mains par le ministre, qui prononce les paroles sacramentelles propres au sacrement. En Occident, cette onction est faite sur le front des baptisés avec ces paroles : « Sois marqué de l’Esprit Saint, le don de Dieu ».

En pratique :

– Les jeunes – vers 15/16 ans – se retrouvent en équipe. Ils se réunissent plusieurs fois dans l’année, accompagnés par des adultes, prêtres et laïcs. À l’issue de la préparation, l’archevêque, Monseigneur François Kalist, leur confère le sacrement.

– Les adultes peuvent aussi demander à recevoir le sacrement et se préparer à la Confirmation.

 

4 – LE SACREMENT DE RECONCILIATION

« Au nom du Christ, nous vous en prions, laissez-vous réconcilier avec Dieu »                                                   (2 Corinthiens 5,20)

Le sacrement de Pénitence, de Réconciliation, du Pardon, de la Confession, est le signe de l’amour infini de Dieu. Le pardon de Dieu est toujours possible, si nous faisons une démarche vraiment sincère. En nous reconnaissant pécheur, nous croyons que l’amour infini de Dieu est toujours le plus fort. Le dialogue avec un prêtre est le signe efficace de la réconciliation avec Dieu et avec nos frères.

En pratique :

Le sacrement du Pardon et de la Réconciliation peut être reçu tout au long de l’année ; des célébrations communautaires sont proposées à l’approche des fêtes de Noël et de Pâques. Pour une confession individuelle, il est en outre possible de prendre contact avec la paroisse ou avec un prêtre à la sortie des messes.

 

Le 29 mars 2019 à Orcival se préparaient au sacrement du mariage, une dizaine de couples des paroisses de St Benoit, ND d’Orcival, et Ste Bernadette. Une équipe sous la responsabilité du P. Couhert les accompagnait tout au long de la journée. L’espérance était au rdv ! Fiancés jeunes et moins jeunes s’investissaient dans les questions qui leur étaient proposées pour s’engager ensemble et sur les pas du Christ. La journée se terminait par une célébration de la Parole à la basilique.

5 – LE MARIAGE

Le sacrement de mariage sanctifie l’union d’un homme et d’une femme et situe l’amour des époux au cœur de l’amour de Dieu pour l’humanité. Dans le rite romain, le « oui » des époux est le cœur du sacrement du mariage.

Le mariage est un engagement pris devant Dieu. La réalité de cet engagement s’articule sur les quatre piliers que scelle l’échange des consentements : la liberté, la fidélité, l’indissolubilité et la fécondité. Chacun des fiancés doit être pleinement libre au moment de son engagement. Les conjoints se promettent fidélité, et cette promesse est source de confiance réciproque.

En pratique :

Il est conseillé de téléphoner ou de s’informer à l’accueil paroissial très à l’avance, pour fixer la date du mariage.

Les fiancés auront plusieurs rencontres avec un prêtre ou un diacre et avec des couples chrétiens, dans le cadre de la préparation au mariage.

 

6 – LE SACREMENT DES MALADES

Le sacrement des malades a pour but de donner une aide spéciale au chrétien confronté aux difficultés d’une maladie grave ou de la vieillesse. Le chrétien peut recevoir le sacrement des malades chaque fois qu’il est atteint d’une grave maladie. Il s’adresse aux fidèles dont la santé commence à être dangereusement atteinte par la maladie ou la vieillesse, aux malades au moment où la maladie devient une épreuve difficile à supporter, à ceux qui vont subir une opération sérieuse et aux personnes âgées dont les forces déclinent beaucoup. L’onction des malades ne remplace en aucun cas les soins médicaux.

Avec l’imposition des mains, l’onction rappelle l’attention et la tendresse de Jésus Christ envers les personnes malades.

« Si l’un de vous est malade, qu’il fasse appeler les anciens de la communauté qui prieront pour lui en pratiquant une onction d’huile au nom du Seigneur. Leurs prières, inspirées par la foi, sauveront le malade, le Seigneur le relèvera, et s’il a commis des péchés, ils lui seront pardonnés. » Saint Jacques 5, 14-15

Alors que la maladie apporte souffrance, inquiétude et peut même entamer le goût de vivre, le sacrement rappelle la dignité de chacun, raffermit la confiance, donne la force de supporter son épreuve et l’assurance qu’il la vit en proximité avec le Christ. Signe de la tendresse de Dieu pour les malades, le sacrement rejaillit sur les proches qui souffrent aussi de l’éloignement provoqué par les hospitalisations, les bouleversements familiaux dus à la maladie… Il pacifie et réconcilie le malade avec lui-même, avec les autres et avec Dieu.

En pratique :

L’onction peut être administrée lors d’une célébration :

– dans la paroisse (renseignements : au 04 73 88 70 71)

– à domicile (renseignements : au 04 73 88 70 71)

– avec l’aumônerie de l’hôpital (se renseigner à l’accueil de l’hôpital)

– lors d’un pèlerinage, comme à Lourdes (se renseigner auprès des organisateurs du pèlerinage).